Quand on vit en France, il y a globalement trois phrases que l'on entend à longueur de journée : « Désolé, je n'ai pas vu ton message », « Désolé, j'ai zappé » et le sempiternel « Désolé, j'ai vraiment trop de boulot ». Cette dernière est globalement la plus pénible, vu qu'elle sort souvent de la bouche d'êtres humains qui prétendront toujours travailler plus que vous, même s'ils étaient amputés des quatre membres. Personnellement, je ne serais pas contre l'idée d'envoyer tous ces workaholics sur l'une des sept exoplanètes récemment découvertes – un lieu où ils pourront s'épanouir et se cuisiner des soupes prêtes en 30 minutes pour ne pas perdre trop de temps. Sauf que comme bon nombre de phénomènes sociaux, celui-ci n'est valable que parce qu'il existe des personnes normales à qui ils peuvent se morfondre de leur quantité de travail.
Vice.com

no_trespassing_by_idaniphotography

- Vous pourriez au-moins vous excuser,
vous venez de renverser tout un plat de Spaghetti alle vongole
sur la robe de la jeune mariée et la bure de monsieur le curé !
- Désolé, je ne suis pas superstitieux,
  je ne crois pas en toutes ces conneries !


Je vous prie de croire, Madame la Sous-préfète, en l'assurance de mes respectueux repentirs et d'accepter toute la piété miséricordieuse que vous avez su m'en inspirer
Je me suis excusé, c'est bon !
Well  ©