A Worst A Day : Galerie littéraire > Merci de ne pas caresser la cible pendant le lancer de

mercredi 20 mars 2019

Printemps

  J'aimais ce pays infiniment. Il est des coins du monde délicieux qui ont pour les yeux un charme sensuel. On les aime d'un amour physique. Nous gardons, nous autres que séduit la terre, des souvenirs tendres pour certaines sources, certains bois, certains étangs, certaines collines, vus souvent et qui nous ont attendris à la façon d'événements heureux. Quelquefois même la pensée retourne vers un coin de forêt, ou un bout de berge, ou un verger poudré de fleurs, aperçus une seule fois, par un jour gai, et restés en notre cœur... [Lire la suite]

mardi 19 mars 2019

Balayette

  Trente ans après avoir introduit le stade du miroir, Lacan le désignera comme « la balayette avec laquelle (il est) entré dans la psychanalyse » (S XV, 10 janvier 1968). Le stade du miroir serait donc ce petit balai théorique, employé à nettoyer le sol de la demeure psychanalytique, à partir de 1936, pour s’y faire sa place, puis fortement « relooké » en 1949 pour produire tous ses effets. C’est devenu l’article le plus célèbre, « l’histoire de Lacan », comme lui-même ironise en 1946. Ce n’est pas plus – invitation à ne pas... [Lire la suite]
dimanche 17 mars 2019

Barbare

  «Quand je vis l'Inde, et quand je vis la Chine, pour la première fois, des peuples, sur cette terre, me parurent mériter d'être réels.Joyeux, je fonçai dans ce réel, persuadé que j'en rapportais beaucoup. Y croyais-je complètement ? Voyage réel entre deux imaginaires.Peut-être au fond de moi les observais-je comme des voyages imaginaires qui se seraient réalisés sans moi, œuvre d'«autres». Pays qu'un autre aurait inventés. J'en avais la surprise, l'émotion, l'agacement.C'est qu'il manque beaucoup à ce voyage pour être réel. Je... [Lire la suite]
vendredi 15 mars 2019

Incipit

  Frédéric a la scierie sur la route d’Avers.Il y succède à son père, à son grand-père, à son arrière-grand-père, à tous les Frédéric.C’est juste au virage, dans l’épingle à cheveux, au bord de la route.Il y a là un hêtre ;je suis bien persuadé qu’il n’en existe pas de plus beau : c’est l’Apollon-citharède des hêtres.Il n’est pas possible qu’il y ait, dans un autre hêtre, où qu’il soit,une peau plus lisse, de couleur plus belle, une carrure plus exacte,des proportions plus justes, plus de noblesse, de grâce et d’éternelle... [Lire la suite]
mercredi 13 mars 2019

Incommode

  Ce qu’on appelle un fâcheux est celui qui, sans faire à quelqu’un un fort grand tort, ne laisse pas de l’embarrasser beaucoup; qui, entrant dans la chambre de son ami qui commence à s’endormir, le réveille pour l’entretenir de vains discours; qui , se trouvant sur le bord de la mer sur le point qu’un homme est près de partir et de monter dans son vaisseau, l’arrête sans nul besoin , l’engage insensiblement à se promener sur le rivage;qui, arrachant un petit enfant du sein de sa nourrice pendant qu’il tète, lui fait avaler... [Lire la suite]
lundi 11 mars 2019

Sans

  Et chaque individu croit qu'il sera heureux demain, s'il est plus riche, plus considéré, plus aimé, s'il change de partenaire sexuel, de voiture, de cravate ou de soutien-gorge.Chacun, chacune attend de l'avenir des conditions meilleures, qui lui permettront, enfin, d'atteindre le bonheur.Cette conviction, cette attente, ou le combat que l'homme mène pour un bonheur futur, l'empêchent d'être heureux aujourd'hui.Le bonheur de demain n'existe pas.Le bonheur, c'est tout de suite ou jamais. Ce n'est pas organiser, enrichir, dorer,... [Lire la suite]
Posté par Well à 00:01 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 10 mars 2019

Prière

  Ce soir, je vais dire mes prières. Non plus à genoux, au pied du lit, sur le bois dur du plancher du gymnase, avec Tante Élisabeth plantée devant les double portes, les bras croisés, l’aiguillon à bétail suspendu à la ceinture, tandis que Tante Lydia arpente les rangées de femmes agenouillées en chemise de nuit, et nous frappe légèrement le dos, ou les pieds ou les fesses ou les bras, de sa baguette en bois, si nous nous laissons aller ou nous relâchons. Elle nous voulait la tête penchée juste ce qu’il faut, les orteils... [Lire la suite]
vendredi 8 mars 2019

Journée de la Femme

    Même les femmes libres ne sont jamais tout à fait libres.Elles vivent toujours entre deux guerres. Christian Bobin, La plus que vive ~~~~~~~~ La femme est une eau qui coule et ne peut être retenue.Le désir est une rivière qui rentre dans le sol et ressort plus loin.Le désir souterrain demande à être satisfait autant qu'un autre.River veut dire attacher au bord de la rivière.Rival vient de river.Rival est celui qui s'alimente au même cours d'eau qu'un autre.La femme est rivière, le mari est rivet, le rival est... [Lire la suite]
mercredi 6 mars 2019

Cendres

Je m'appuie un moment sur la pelle du déluge et chantourne sa langue.Mes sueurs d'agneau noir provoquent le sarcasme.Ma nausée se grossit de soudains consentements dont je n'arrive pas à maintenir le cours.Anneau tard venu, enclavé dans la chevalerie pythienne saturée de feu et de vieillesse, quel compagnon engagerais-je ?Je prends place inaperçu sur le tirant de l'étrave jusqu'à la date fleurie où rougeoiera ma cendre. René char, Fureur et mystère ~~~~~~~~~~ Les raccommodements rendent l'hymen plus tendre,Et réveillent ses feux... [Lire la suite]
mardi 5 mars 2019

Règle d'or

  Paul Valéry avait donné la règle d'or de la lecture littéraire : « Ne jamais confondre le véritable homme qui a fait l'ouvrageavec l'homme que l'ouvrage fait supposer. »   Écarte les jambes ma fillelaisse-le t'étreindredis-lui que c'est biendis-lui que c'est bon Plus tu le laisseras fairemoins ça sera longPlus vite il pourra s'éteindreet toi rêver d'un autre enferoù tu serais libre et sans famille Well, D'ors et d'argent   ©Les règles du silence  
Posté par Well à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,