jeudi 9 mars 2017

Migration

 L’ensemble de ces particularités traduisent à l’évidence une action de prédation dont sont responsables les hommes de l’époque, ce qui suppose que ces derniers devaient eux-mêmes être adaptés aux conditions climatiques rigoureuses de la région, a fortiori durant cette période froide qui préfigurait le dernier maximum glaciaire (cf. note n° 6). Des ossements du mammouth, ainsi que des fragments végétaux (de saule arctique en particulier) exhumés à proximité au sein du pergélisol, ont fait l’objet de datations au radiocarbone,... [Lire la suite]