dimanche 18 mars 2007

Eternel

"Simplement être,là, juste là, maintenant.Voilà l'éternel !" Well, Haïkus... "Les innombrables êtres de l'univers vivent et meurent tour à tour, conscients pour certains, inconscients pour d'autres, mais tous courent après la longévité ou l'éternité, vœux dérisoires. En réalité, tout être est éternel, pour peu qu'il ait existé dans ce monde, ne fût-ce qu'une seconde, car cette seconde même contient l'éternité. Je n'ai donc aucune intention de partir en quête d'une éternité illusoire et floue : elle est déjà... [Lire la suite]

vendredi 16 mars 2007

Ruelle

L'art hue, l'art hèledans les rues et les ruelles "Nous disons des fentes étroites, et nous ne pouvons pas donner une plus juste idée de ces ruelles obscures, resserrées, anguleuses, bordées de masures à huit étages."   Victor Hugo, les Misérables "Dans ma ruelle, on ne s'installe jamais pour longtemps. Les gens qui la hantent sont des nomades de la ville, des voyageurs éternels errant dans le labyrinthe chaotique et poussiéreux des rues. Ils déguerpissent aussi vite qu'ils sont apparus, sans... [Lire la suite]
Posté par Well à 06:06 - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 14 mars 2007

Résine

La soif du bois est sa sèveet sa raison la résine "Ils travaillaient depuis six jours sur un long canoë à l’armature en tremble et recouvert d’écorce de bouleau dont les morceaux étaient cousus ensemble avec un nerf d’orignal. L’étanchéité de ces coutures était assurée avec une gomme mêlant de la résine de pin et du duvet d’oie. Ohio avait taillé les pièces de bois et les avait laissées tremper dans de l’eau bouillante. Pour ce faire, il avait creusé un trou oblong dans le sol et y avait étendu une peau d’orignal. Il... [Lire la suite]
lundi 12 mars 2007

Péché

Se méfier des appâts rances " - Allez, vous êtes folle; vous avez encore une vingtaine d'années de jolis péchés à faire : n'y manquez pas; ensuite vous sous en repentirez, et vous irez vous en vanter aux pieds du prêtre, si cela vous convient."  Diderot, Jacques le fataliste"La reine se divertit à notre jeu national : le jeu des confessions publiques. Ici, chacun crie ses péchés à la face tous; et il n'est pas rare, aux jours fériés, de voir quelque commerçant, après avoir baissé le rideau de fer de sa... [Lire la suite]
Posté par Well à 10:14 - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 9 mars 2007

Masque

Car derrière ce masque de fêtese cache une vaine face défaite "Je savais que le bien comme le mal est affaire de routine, que le temporaire se prolonge, que l'extérieur s'infiltre au-dedans, et que le masque, à la longue, devient visage." Marguerite Yourcenar, Mémoires d'Hadrien "Nous portons toujours un masque, un masque chaque fois différent, qui change à chaque rôle que nous assigne la vie, le masque du professeur, de l'amant, de l'intellectuel, du mari trompé, du héros, du frère affectueux." Ernesto... [Lire la suite]
mercredi 7 mars 2007

Dédale

La seule issue ?Recommencer ! "Une part de moi-même s'adresse à l'autre violacée de trouille, comme le guide à son client: lever le pied amont, presser le pied aval - allons en un éclair sans filet sur la glace dure qui se dévoile! déjeter le torse. Et je me penche sur une herse de masses disloquées et creusées: des séracs hésitants fracturaient encore la colline... Nom d'une âme! Ce sont de gros blocs qui basculent à toute heure dans le vide. Ils obéissent à une contracture du glacier et s'émiettent sur une piste.... [Lire la suite]
Posté par Well à 06:06 - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 5 mars 2007

Plomb

Songe de plumeRévèle, fidèle, tonSommeil de plombWell, Haïku plombant "La nuit était étrangement douce, tandis que le ciel demeurait de plomb. Un vent humide du sud soufflait tranquillement. Comme d'habitude. Une odeur de mer se mêlait à un pressentiment de pluie. Les alentours étaient plongés dans dans une languissante nostalgie. L'herbe drue des berges aménagées résonnait du chant des insectes. A tout moment, la pluie semblait vouloir se mettre à tomber. Une pluie si fine qu'on se demandait si s'il pleuvait vraiment, et... [Lire la suite]
samedi 3 mars 2007

Portrait

Portraits divers sur papier glacéForts traits d'hier, forfaits d'été Le général conservait, dans son secrétaire, de vieux daguerréotypes, notamment celui de son père. Sur ce portrait, son père était revêtu de l'uniforme de capitaine de la Garde. Ses cheveux étaient bouclés et frisés comme ceux d'une jeune fille. De ses épaules tombaient les plis de sa cape blanche et sa main, garnie de bagues, en retenait le drapé sur sa poitrine. Il tenait la tête penchée sur le côté et c'était l'attitude d'un homme à la fois fier et meurtri. Qui... [Lire la suite]
Posté par Well à 05:30 - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 2 mars 2007

Rage

Hors rage et rage dedansLa censure est en déragement "Ses lourdes responsabilités envers les travailleurs du monde entier, tu parles ! Elle était hérissée d'un égoïsme pathologique, hérissée, comme cette chevelure de dingue qui proclamait : « je vais où je veux, je vais aussi loin que je veux, ce qui compte, c'est ce que je veux. » Oui, cette chevelure aberrante constituait la moitié de leur idéologie révolutionnaire, des justifications de leur action - au même titre que le jargon outrancier dans lequel elle... [Lire la suite]
jeudi 1 mars 2007

Café

Caphé, cavé, cahué, cavean, chuabé, choana, chaona, cahueh J'aime la couleur de tes cheveux café, quand tu coules dans ma gorge, café ! (Chanson populaire revisitée) "Bientôt les ouvriers s'arrachent de leur grabat, prennent les instruments de leurs professions, et vont aux ateliers. Le café au lait (qui le croirait?) a pris faveur parmi ces hommes robustes. Au coin des rues, à la lueur d'une pâle lanterne, des femmes portant sur leur dos des fontaines de fer blanc, en servent dans des pots de terre, pour deux sous. Le... [Lire la suite]