lundi 26 mars 2007

Combat

"Uppercut, crochet,LaMotta semble touché.- Serr' les dents Marcel !"Well, Haïkus... "Le lendemain matin, en ville, une circulation telle qu'aller à pied jusqu'à la pente où se trouve l'église contenant le tableau de la Résurrection fut un véritable combat. Sur l'Egnatia, l'avenue est-ouest large comme un fleuve, les autos, au milieu des sifflets perpétuels des agents de police, passaient comme des flèches sans la moindre interruption, de sorte que l'autre rive et ses façades restèrent longtemps non... [Lire la suite]

samedi 24 mars 2007

Somnolence

Somme :z+z=zzzzzz "Là, des somnolences la prenaient; brisées par les veilles, elle sommeillait, elle cédait à l'engourdissement voluptueux qui s'emparait d'elle, dès qu'elle était assise."Zola, Thérèse Raquin "Je ne sais vraiment pas si l'ennui n'est que l'équivalent éveillé de la somnolence du vagabond, ou si c'est quelque chose, en fait, de plus noble que cet engourdissement. L'ennui est fréquent chez moi, mais son apparition - pour autant que je sache et que j'y aie prêté attention - n'obéit pas à des ... [Lire la suite]
jeudi 22 mars 2007

Gare

L'hagard ceint l'hasard "Le matin, j’allais chercher les journaux à la gare. C’était mon premier rendez-vous important de la journée. Il n’y avait pas vraiment de gare au sens propre, juste un petit quai, beaucoup trop court pour tous les wagons du train. Ce paradoxe obligeait les voyageurs à lancer leurs paquets — où il n’y avait rien de précieux à protéger — puis à sauter. Dès la descente du train, tu te retrouvais au cœur du village. Aucune portière ne séparait la gare du village, aucune frontière entre le lieu... [Lire la suite]
mardi 20 mars 2007

Choix

- Gamosépale   ou dicotylédone ?- Une fleur ! Pour offrir !   Well , Haïkus... "Debout sur la pointe des pieds pour arriver à voir au-delà du pupitre, il parla sans discontinuer, en ce matin de juin, introduisant et développant à loisir sa métaphore préférée. Le calcaire de Salem, confie-t-il à l'assistance sous le charme, a la rare et remarquable qualité de la pierre de taille: il se laisse indifféremment découper en tous sens, il n'a aucune propension naturelle. «Et je vous le dis, à vous jeunes... [Lire la suite]
Posté par Well à 05:57 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 18 mars 2007

Eternel

"Simplement être,là, juste là, maintenant.Voilà l'éternel !" Well, Haïkus... "Les innombrables êtres de l'univers vivent et meurent tour à tour, conscients pour certains, inconscients pour d'autres, mais tous courent après la longévité ou l'éternité, vœux dérisoires. En réalité, tout être est éternel, pour peu qu'il ait existé dans ce monde, ne fût-ce qu'une seconde, car cette seconde même contient l'éternité. Je n'ai donc aucune intention de partir en quête d'une éternité illusoire et floue : elle est déjà... [Lire la suite]
vendredi 16 mars 2007

Ruelle

L'art hue, l'art hèledans les rues et les ruelles "Nous disons des fentes étroites, et nous ne pouvons pas donner une plus juste idée de ces ruelles obscures, resserrées, anguleuses, bordées de masures à huit étages."   Victor Hugo, les Misérables "Dans ma ruelle, on ne s'installe jamais pour longtemps. Les gens qui la hantent sont des nomades de la ville, des voyageurs éternels errant dans le labyrinthe chaotique et poussiéreux des rues. Ils déguerpissent aussi vite qu'ils sont apparus, sans... [Lire la suite]

mercredi 14 mars 2007

Résine

La soif du bois est sa sèveet sa raison la résine "Ils travaillaient depuis six jours sur un long canoë à l’armature en tremble et recouvert d’écorce de bouleau dont les morceaux étaient cousus ensemble avec un nerf d’orignal. L’étanchéité de ces coutures était assurée avec une gomme mêlant de la résine de pin et du duvet d’oie. Ohio avait taillé les pièces de bois et les avait laissées tremper dans de l’eau bouillante. Pour ce faire, il avait creusé un trou oblong dans le sol et y avait étendu une peau d’orignal. Il... [Lire la suite]
lundi 12 mars 2007

Péché

Se méfier des appâts rances " - Allez, vous êtes folle; vous avez encore une vingtaine d'années de jolis péchés à faire : n'y manquez pas; ensuite vous sous en repentirez, et vous irez vous en vanter aux pieds du prêtre, si cela vous convient."  Diderot, Jacques le fataliste"La reine se divertit à notre jeu national : le jeu des confessions publiques. Ici, chacun crie ses péchés à la face tous; et il n'est pas rare, aux jours fériés, de voir quelque commerçant, après avoir baissé le rideau de fer de sa... [Lire la suite]
Posté par Well à 10:14 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 9 mars 2007

Masque

Car derrière ce masque de fêtese cache une vaine face défaite "Je savais que le bien comme le mal est affaire de routine, que le temporaire se prolonge, que l'extérieur s'infiltre au-dedans, et que le masque, à la longue, devient visage." Marguerite Yourcenar, Mémoires d'Hadrien "Nous portons toujours un masque, un masque chaque fois différent, qui change à chaque rôle que nous assigne la vie, le masque du professeur, de l'amant, de l'intellectuel, du mari trompé, du héros, du frère affectueux." Ernesto... [Lire la suite]
mercredi 7 mars 2007

Dédale

La seule issue ?Recommencer ! "Une part de moi-même s'adresse à l'autre violacée de trouille, comme le guide à son client: lever le pied amont, presser le pied aval - allons en un éclair sans filet sur la glace dure qui se dévoile! déjeter le torse. Et je me penche sur une herse de masses disloquées et creusées: des séracs hésitants fracturaient encore la colline... Nom d'une âme! Ce sont de gros blocs qui basculent à toute heure dans le vide. Ils obéissent à une contracture du glacier et s'émiettent sur une piste.... [Lire la suite]