vendredi 20 avril 2007

Miroir

Quiconque, hâve,et qu'on vexe,rêve, fléchit,puis se dédouble... "Les miroirs sont comme la conscience. On s'y voit comme on est, et comme on n'est pas, parce que de même que devant sa conscience, celui qui se voit au profond du miroir tente de dissimuler ses laideurs."  Miguel Angel Asturias, Hommes de Mal "Le hanneton, rude et prosaïque au premier aspect, promet peu. Cependant son aile écailleuse, mise au foyer du microscope, bien éclairée en dessous du petit miroir, et vue ainsi par... [Lire la suite]

mercredi 18 avril 2007

Fumée (2)

"Souffle. Air connu. Entrechats et volutes. La fumée dense."Haïkus,Well Un seul texte aujourd'hui. Plus long mais superbe.Trop de fumée. Il fallait ouvrir en grand... "Quand il atteignit la colline à trois milles de là, il trottait toujours. Quand il quitta la route et grimpa sur la crête, il aperçut la fumée, de l'autre côté du ruisseau, alors il émit à nouveau ce son rauque, effrayé et continua de courir en descendant la pente à travers l'herbe maintenant sèche, dans laquelle il s'était couché à l'aurore, et il... [Lire la suite]
Posté par Well à 04:44 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 16 avril 2007

Fumée (1)

Méfait, JeuFumée, Tu... "Elle savait, au moment voulu, courir au secours de la chanteuse suffoquée par un vomissement qui lui soulevait le couvercle, inondait le foyer, et suscitait des nuages de fumée. Elle se déshabillait lentement devant les flammes d'un grand feu de hêtre. à cette heure-là, qu'il faisait bons' étirer, une fois dévêtue, dans la pénombre à peine troublée par une grande flamme téméraire qui se cassait rapidement le cou à vouloir s' élever trop haut ! Mademoiselle De Quinconas se mettait alors... [Lire la suite]
vendredi 13 avril 2007

Vent

Chergui, dzhari, shamalFoehn, Eurus, simoun.D'autan en emporte levant... "Ô vent qui nous frôles, tantôt chantant une chanson douce et tendre, tantôt gémissant et te lamentant, nous t'entendons mais ne te voyons point. Nous sentons ta caresse, mais ne saurions discerner ta forme. Tu es pareil à l'océan d'amour, tu nous submerges, mais ne nous anéantis point. [...]Du fond des océans tu te lèves et, de ton épaisse chevelure, ébranles les abimes silencieux. Puis, dans ta fureur, tu détruis les bateaux et anéantis leurs... [Lire la suite]
mercredi 11 avril 2007

Sauvage

Parfois sauvage vaut sagemais souvent sauvage vaut rien. "Qu'on assimile plus ou moins à des manières de bêtes fauves ces gens que l'on prétend dénués de culture ou qu'on prête au contraire un caractère édénique à leur vie considérée comme primitive et pas encore corrompue, le fait est que pour la plupart des Occidentaux il y a des hommes à l'état sauvage, des non-civilisés, qui représenteraient l'humanité à un stade répondant à ce qu'est l'enfance sur le plan de l'existence individuelle." Michel Leiris, Cinq... [Lire la suite]
samedi 7 avril 2007

Simulacre

Essence et sensQuand Sigmund l'âcrestimule l'acte... Aujourd'hui, quand le sang la travaillait, elle ne pouvait se résoudre à entrer, à consommer, à payer et à sortir; c'était, à ses yeux, de la bestialité, du rut de chien couvrant sans préambules une chienne; puis la vanité fuyait, inassouvie, de ces maisons tolérées où il n'y avait eu, ni simulacre de résistance, ni semblant de victoire, ni préférence espérée, ni même de largesse obtenue de la part de la marchande qui aurait ses tendresses, suivant les prix. Au contraire, la cour... [Lire la suite]

jeudi 5 avril 2007

Loi

Jeu de lois : Pression, répressionet barreau maître  "Il commença par dire que jamais, dans le cours de sa carrière, jamais depuis le premier moment où il s'était appliqué à l'étude des lois, il ne s'était approché d'une cause avec des sentiments d'émotion aussi profonde, avec la conscience d'une aussi pesante responsabilité; responsabilité, pouvait-il dire, qu'il n'aurait jamais voulu assumer s'il n'avait pas été soutenu par la conviction, assez forte pour équivaloir à une certitude, par la conviction que ... [Lire la suite]
lundi 2 avril 2007

Ennuyeux

Idem, ibidem, bis, dito, itemDis oh ! il t'aime ? "Je comprends qu'il est douloureux de voir la plus belle fille d'Athènes vivre dans la retraite comme une vierge qui se prépare à l'initiation des mystères d'Éleusis, et qu'il est ennuyeux pour vous de ne plus aller dans cette maison, où vous passiez le temps d'une manière si agréable en jouant aux dés, aux osselets, en pariant l'un contre l'autre vos singes, vos maîtresses et vos maisons de campagne, vos grammairiens et vos poètes. Il était charmant de voir danser les sveltes... [Lire la suite]
vendredi 30 mars 2007

Poison

Potion ou poison?  :Cul rare se nique. "Tu as horreur du poison visible qui  cause la perte du corps, aie bien d'avantage horreur de la toxine qui tue l'âme. La cigüe est un poison pour le corps, mais beaucoup plus est le poison de l'âme, le plaisir." Erasme, Le poignard du soldat chrétien "L'homme est là sans mouvement, bouche béante, les yeux clos, la tête renversée : la forme verte est maintenant penchée sur le nécessaire. Qu'y cherche-t-elle avec cette ardeur fébrile, à la clarté d'un des flambeaux... [Lire la suite]
mercredi 28 mars 2007

Tangente

Tu tangues étrangementsur d'intangibles dangers... "Il arrive quelquefois qu'on ne peut rien répondre, et qu'on n'est pas persuadé. On est son âme un scrupule, une répugnance qui nous empêche de croire ce qu'on nous a prouvé. Un géomètre vous démontre qu'entre un cercle et une tangente vous pouvez faire passer une infinité de lignes courbes, et que vous n'en pouvez faire passer une droite: vos yeux, votre raison, vous disent le contraire. Le géomètre vous répond gravement que c'est là un infini du second ordre. Vous vous... [Lire la suite]