jeudi 31 janvier 2019

Vaseline

    Le seul but d’un État, quel qu’il soit, c’est de garder le pouvoir. À partir de là, la liberté individuelle ne peut que foutre la merde. Donc faut s’en débarrasser. Mais c’est pas facile parce que les gens ne se laissent pas toujours faire. Si le pouvoir est assez fort, il peut se passer de la démocratie et s’imposera à coups de trique. C’est une dictature. S’il est un peu plus faiblard, par exemple quand les gens ont trop de libertés, alors il met en avant la démocratie pour pouvoir faire passer ses trucs en... [Lire la suite]

lundi 28 janvier 2019

Plu

  Hierj'ai vu la merelle m'a dit viens !viens !je sais que tu es venu pour çaallez viens !enlève tes chaussuresmarche dans mes vagues viens ! La semaine dernièreje suis allé à l'océanet il m'a crié va-t'en !allez que je te dis va-t'en !tu vas t'en aller oui ?va-t'en !tu veux que je te noie ou quoi ?va-t'en !!! Avant-hier je me suis allongé au bord d'une rivièreelle m'a murmuré viens !allez viens approche-toi de moi viens !ça te fera tellement du bien viens !jette-moi une pierrefais-moi des ricochets regarde oh... [Lire la suite]
Posté par Well à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
vendredi 25 janvier 2019

Plastique

    Quand j'aurai du vent dans mon crâneQuand j'aurai du vert sur mes ossesPeut-être qu'on croira que je ricaneMais ça sera une impression fosseCar il me manqueraMon élément plastiquePlastique tique tiqueQu'auront bouffé les ratsMa paire de bidulesMes mollets mes rotulesMes cuisses et mon culeSur quoi je m'asseyoisMes cheveux mes fistulesMes jolis yeux cérulesMes couvre-mandibulesDont je vous pourléchois Boris Vian, Quand j'aurai du vent dans mon crâne  ~~~~~~ Peu à peu le plastique est devenu tabou alors que... [Lire la suite]
mardi 22 janvier 2019

Tandis

  Ne pas vouloir mourir est la voie la plus sûre vers la mort éternelle, tandis que pouvoir mourir, dépouiller les voiles, abandonner éternellement le moi au changement mène à l'immortalité.  Hermann Hesse, Le loup des steppes  Tant disent que j'agonis tandis que j'agonise Well, Rectification : l'assassin n'habite pas au 21 mais bien au 22 Requiescat in pace, filiis   ©  
samedi 19 janvier 2019

Échelle

  Je sais bien qu'on ne peut se passer de dominer ou d'être servi. Chaque homme a besoin d'esclaves comme d'air pur. Commander c'est respirer [...].Et même les plus déshérités arrivent à respirer. Le dernier dans l'échelle sociale a encore son conjoint, ou son enfant. S'il est célibataire, un chien. L'essentiel, en somme, est de pouvoir se fâcher sans que l'autre ait le droit de répondre.  Albert Camus, La chute ~~~~~~~~~~  En 2016 un homme participe à un concours de mangeur de piments. On ne sait pas toutefois pas... [Lire la suite]
mercredi 16 janvier 2019

Traduction

Il suffit de s’intéresser de près ou de loin au monde de la traduction pour tomber un jour sur cette phrase : « Traduire, c’est trahir ». On la retrouve de manière récurrente dans nombre de mémoires, d’analyses, d’articles ou de critiques littéraires, à tel point qu’elle semble sonner comme un axiome inébranlable.Déjà, en 1549, à l’époque de la Renaissance, le poète Joachim du Bellay la reprend à son compte dans un livre référence, « Défense et illustration de la langue française ».Il s’agit en fait d’une vieille expression italienne,... [Lire la suite]

dimanche 13 janvier 2019

Le principe de l’incertitude

Le principe de l’incertitude implique qu’aucune particule n’est jamais totalement au repos,mais constamment en mouvement sous l’influence constante d’un « champ fondamental » d’énergie (champ énergétique quantique) qui interagit continuellement avec la matière subatomique.L’état de toutes les possibilités de n’importe quelle particule quantique (une onde) s’effondre pour former une entité établie dès qu’elle est observée ou mesurée.Ceci suppose une sorte de relation de participation entre l’observateur et l’observé :des... [Lire la suite]
jeudi 10 janvier 2019

Cagoule

  - L'autre avait le pantalon en bas, dit Clément avec un sale sourire. Je le détestais.Et sous sa cagoule, pendant que je lui arrosais le ventre moi-même, il criait :"Tu paies rien pour attendre ! Tu paies rien pour attendre !" Je n'ai pas compris.- "Tu ne perds rien pour attendre", proposa Louis.- Je vois pas la différence.Fred Vargas, Sans feu ni lieu ~~~~~~~~ Édouard Philippe veut également créer un « dispositif » inspiré de celui qui écarte les hooligans violents des stades de football, qui empêcherait cette fois les... [Lire la suite]
lundi 7 janvier 2019

Lumières

  Vous êtes encore là ?Quatre ans après, beaucoup se sont déjà lassés. Parler du 7 janvier et de Charlie . «Encore !» «C’est pas fini, vos histoires ?» «Faudrait peut-être passer à autre chose !» C’est parfois ce que nous sommes obligés d’entendre. «Tiens, je croyais qu’il avait été tué, celui-là ?» a-t-on pu même lire sur les réseaux sociaux à propos de l’un d’entre nous. Reste que, derrière cette apparente désinvolture, on sent pointer autre chose. L’émergence de l’islamisme mais aussi la résurgence des populismes... [Lire la suite]
dimanche 6 janvier 2019

Missel

Oh ! je vais tomber sur le pavé si vous ne prenez pas pitié de moi, pitié de vous. Ne nous condamnez pas tous deux. Si vous saviez combien je vous aime ! quel cœur c’est que mon cœur ! Oh ! quelle désertion de toute vertu ! quel abandon désespéré de moi-même ! Docteur, je bafoue la science ; gentilhomme, je déchire mon nom ; prêtre, je fais du missel un oreiller de luxure, je crache au visage de mon Dieu ! tout cela pour toi, enchanteresse ! pour être plus digne de ton enfer ! et tu ne veux pas du damné ! Oh ! que je te dise tout !... [Lire la suite]
Posté par Well à 00:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,