C'est après la séparation avec sa femme, en 2008, que Philippe a offert sa liqueur séminale pour la première fois. Depuis, il offre ses services privés sur Internet, sous le nom de St-Joseph-de-l'Immaculée-Conception.

Combien de fois as-tu donné du sperme jusqu'à présent?

Des centaines et des centaines de fois. En moyenne, j'en donne deux ou trois fois par semaine.

Et ça fonctionne?!

Jusqu'à maintenant, j'ai conçu plus d'une quinzaine d'enfants.

Les considères-tu comme les tiens?

Ce ne sont pas mes enfants, mais des enfants qui ont une partie de ma génétique. Je suis leur géniteur, pas leur père!

Qui est ta clientèle?

La moitié sont des couples lesbiens, 25% sont des couples hétérosexuels qui ont des problèmes d'infertilité et 25% sont des femmes seules.

Où trouves-tu tous ces gens?

Aujourd'hui, ça se fait beaucoup grâce au bouche à oreille de la part des clients satisfaits.

Avant de procéder au don de sperme, les futurs parents te rencontrent-ils pour une entrevue? Pour te demander une preuve de ton QI, genre?

On se donne rendez-vous à la bibliothèque pas trop loin de chez moi et je leur explique les procédures. C'est surtout moi qui parle pendant une heure. Je leur explique la procédure et je leur montre mes résultats de tests pour les MTS et le sida.

Comment est-ce que ça se passe lorsque tu donnes du sperme?

J'offre un «service à l'auto». Les clients viennent chez moi et je leur remets une seringue sans aiguille remplie de sperme, que la femme s'injecte ensuite dans le vagin pour procéder à l'insémination. Sinon, je vais chez les clients et je m'installe dans leur salle de bain pour remplir la seringue.

C'est pas gênant, parfois, de te masturber chez le monde?

Oui, surtout quand toute la petite famille attend sur le sofa que j'aie fini... Je me souviens des premières fois, j'étais aussi très nerveux parce que j'avais peur de ne pas viser correctement dans le pot ou de le renverser. Faut pas manquer son coup!

Si ce n'est pas l'argent, qu'est-ce qui te motive à donner ton sperme?

Je suis honoré que les gens veuillent des enfants à mon image. J'adore aussi servir ma clientèle lesbienne. Il n'y a pas de tabou, elles veulent mon sperme et je suis là pour le leur donner. Ma vocation de donneur me permet de participer au développement du Québec autant que je le puisse.

Catherine Perreault-Lessard, La Presse 

Nun and Snake xl

- Et vous, croyez-vous toujours en Dieu ?
- Plus du tout.
- Ah bon ?
- Mais par contre, je suis Immaculée-Conceptionniste.
- Ohhh !
- Cest à dire que je crois de toute mon âme en l'Immaculée Conception.
- Ah oui, moi aussi.
- Par exemple, mon voisin est eunuque et il a trois beaux enfants.
Faut dire que je m'entends très bien avec sa femme, et il n'y a pas que moi.
- Ça arrive souvent, vous savez. Vous êtes devenu très pieux alors ?
- Pas forcément, je préfère tout benoîtement le petite autel d'une vieille église,
sans les bougeoirs,
ou plus simplement un rebord de bénitier pendant l'Eucharistie.
- C'est beau !
- Mais jusqu'au tréfonds de tout mon être, je demeure fondamentalement Immaculée-Conceptionniste.

Well, L'Avé de tout soupçon   ©