Cliquer pour vibrer. C’est ce que recherche 28 258 personnes chaque seconde dans le monde en se connectant à un site pornographique. Alors qu’avant le porno était un péché inavouable avec tout le rituel qui impliquait – à savoir pour les jeunes générations qui n’ont pas connu cette époque, payer pour voir un film, aller le chercher dans un sex shop crado, s’enfermer dans sa chambre, avoir le mouchoir qui colle aux doigts et tutti cuanti – on consomme maintenant le X comme sur Youtube. Quinze minutes de connexion mobile sur navigateur privé, matage de 3 ou 4 vidéos de différentes catégories sur un site de streaming gratuit et c’est plié.

Le porno s’est intégré dans le paysage internet (12% des sites dans le monde étant des sites pornos) et son visionnage est devenu acceptable, voir discutable. Même pour les femmes, qui représentent 1/3 des consommateurs.

Mais grâce au digital, alors que l’industrie du X devient low cost, de nouvelles formes de discours sexuels émergent, plus réalistes, plus éducatifs, plus féministes : tutoriels, sextoys connectés, sensibilisation au viol, fan fictions, communautés… Nous étions invité à la conférence Digisex qui est revenu sur ce développement d’outils et de moyens de communication sur cette tendance plus que chaude. A travers plusieurs articles thématiques, nous verrons comment le digital peut être un outil d’émancipation de la sexualité. 

Les objets connectés arrivent dans votre culotte

Vous vivez une histoire d’amour longue distance ? Vous aimez contrôler votre partenaire avec un sextoy qui se trouve dans sa culotte ou son caleçon via une application ?

Pas de problème, il y a des objets connectés pour tout ça ! Véritable aubaine pour tous les acteurs du X, des marques comme Marc Dorcel se sont emparés de ces sextoys connectés. Le géant du X a créé entre autre Yasmine, un sextoy qui prend la forme de vagin de l’une de ses plus grandes stars. Parmis des centaines d’inventions, on peut citer également Sexfit, une sorte de bracelet phalique Withings qui permet de mesurer les performances sexuelles. Vous pouvez écouter de la musique ou lire un livre avec plaisir avec des petits compagnons discrets reliés à votre playlist. Et bien sûr vous pouvez profiter d’un moment à deux avec votre partenaire à distance à l’aide de la visioconférence. Un marché du sextoy connecté ou non connecté qui s’élève à 22 milliards de dollars dans le monde et qui est directement relié à l’industrie du X. Ces sextoys sont utilisés occasionnellement par 1 française sur 2 qui ont déjà testé un sextoy selon l’Ifop. Et bien souvent relié à tort à la masturbation, ces objets sont plus souvent utilisés à deux (45%) qu’en solo (29%)

La culture porn n’est donc pas morte, et malgré son uberisation, elle évolue vers plus de créativité, moins de sexisme et plus de mixité et d’éthique. Une très bonne nouvelle car le porno a aussi un devoir d’éducation, quand on sait que l’âge moyen de la première visite sur un site porno est de 14 ans et 5 mois. Mais bien heureusement, le porno n’est plus le seul discours sexuel sur la toile.

Audrey Liberge, Le digital libère la sexualité : quand l’industrie du X devient XX  (20 juin 2017) 

Well - Sexroom 2017 © 

- Pardonnez-moi, jeune homme,
mais quelle est la différence entre une webcam et une sexcam ?

- La vue, madame !
la vue !

Well, De bonnes raisons d'avoir les jetons   ©