"Et pourtant la vie était belle ! Il cueillit dans l'herbe une petite fleur violette, l'approcha de son oeil pourOnly_red___Weirena regarder dans le calice étroit ; il y avait là des veines et de minuscules organes fins comme des cheveux, comme au plus intime de la femme et comme au plus profond du cerveau d'un penseur où vibraient le vie et le plaisir. Oh ! pourquoi ne savait-on rien, absolument rien ? Pourquoi ne pouvait-on parler avec cette fleur ? Mais deux hommes ne pouvaient même pas échanger vraiment leurs pensées, à moins d'un hasard heureux, d'une amitié ou d'une réceptivité exceptionnelles. Non, c'était une chance Red_rose_in_snow_with_roseleaf___Weirenaque l'amour n'êut besoin de paroles ; sans quoi il serait rempli de malentendus et de folies. Ah ! la façon dont les yeux de Lise à demi fermés avaient comme chaviré sous l'excès des délices, ne laissant plus voir qu'un trait blanc dans la fente des paupières convulsées, ça ne pouvait s'exprimer en dix mille formules de savants et de poètes ! Rien, ah ! absolument rien ne pouvait s'exprimer à fond, se penser à fond, et pourtant on avait toujours en soi à nouveau le besoin ardent de parler, l'éternelle tendance à White_light___Weirenapenser !". Hermann Hesse, Narcisse et Goldmund

"Tuant une mouche
j'ai blessé
une fleur"
Kobayashi Issa, Haiku

"C'est tout petit, tout fragile... et c'est toute la nature, pourtant... toute la beauté et Goldstaub___Weirenatoute la force de la nature... Cela renferme le monde... Organisme chétif et impitoyable et qui va jusqu'au bout de son désir ...
Ah ! les fleurs ne font pas de sentiment Milady... Elles font l'amour, rien que l'amour... Et elles le font tout le temps et par tous les bouts... Elles ne pensent qu'à ça... Et comme elles ont raison !...
Perverses ? ... Parce qu'elles obéissent à la loi unique de la Vie, parce qu'elles sastifont à l'unique besoin de la V
Passion2___Weirenaie, qui est l'amour ? ... Mais regardez donc !... La fleur n'est qu'un sexe, milady... Y a-t-il rien de plus sain, de plus fort, de plus beau qu'un sexe ? ... Ces pétales merveilleux... ces soies, ces velours... ces douces, souples et caressantes étoffes... ce sont les rideaux de l'alcôve... les draperies de la chambre nuptiale... le lit parfumé où les sexes se joignent...  où ils passent leur vie éphémère et mortelle à se pâmer d'amour. Quel exemple admirable pour nous !" Octave Mirbeau, Le jardin des supplicesLe_pouvoir_des_fleurs___Benoit_P


"Ta bouche est un
secret jardin
qui s'entrouvre enfin
quand je l'effleure,
qui s'entrouvre en cœur
quand je l'étreins..."
Well, Effleurée

Bonne fête à toutes les Femmes
en fleurs ou en devenir...

 
Index